Subscribe to our mailing list

* indicates required
Mena Groups
FrançaisEnglish (Anglais)العربية (Arabe)
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE BULLETIN

Le Programme d’appui à l’Expertise et à l’Innovation
pour l’énergie solaire à concentration au Moyen-Orient
et en Afrique du Nord

Potentiel de concentration de l’énergie solaire thermique en Jordanie

28th février 2018

Des niveaux élevés de radiation solaire directe, des industries manufacturières grandes consommatrices d’énergie ainsi que des tarifs élevés de l’électricité font de la Jordanie un marché idéal pour la technologie de l’énergie solaire thermique à concentration (CSH). Mais le manque de projets pilotes et des options de financement limitées ont jusqu’à présent dissuadé les utilisateurs potentiels.

 

Par Heba Hashem

 

Le chauffage par énergie solaire thermique peut contribuer de manière significative à réduire l’utilisation de combustibles industriels en Jordanie. Actuellement, l’industrie représente près de 20% de la demande d’énergie finale et 60% de celle-ci est utilisée pour le chauffage lié aux procédés, selon un document publié en 2017 par le German Aerospace Center DLR (Centre allemand pour l’aéronautique et l’aérospatiale).

 

La Jordanie bénéficie également d’une forte irradiation solaire directe qui dépasse celle des pays voisins en raison de son altitude et de son degré de sécheresse – elle reçoit 5-7 kWh/m2 par jour selon le Ministère de l’énergie et des ressources minières.

 

De plus, les tarifs de l’électricité ont considérablement augmenté au cours des dernières années en raison de réduction des subventions et des importations de carburant onéreux par ce pays non producteur de pétrole. Les grandes industries paient par exemple de 17 à 33 cents US le kWh en Jordanie. En comparaison, les industries à Dubaï paient entre 6 et 10 cents US le kWh.

 

« Les entreprises et les usines en Jordanie paient 50 à 100% plus cher l’énergie que la moyenne des concurrents dans d’autres régions du M.O. » a déclaré l’Ing. Mahmoud Shattel, fondateur et PDG de Taqetna, une société d’énergie renouvelable basée à Amman.

 

L’analyse de rentabilisation est particulièrement positive pour la CSH (énergie solaire thermique à concentration), qui peut être utilisée dans les procédés de fabrication de nombreuses industries, y compris l’industrie chimique (distillation), l’exploitation minière (fusion des nitrates), textile (teinture) et pharmaceutique (stérilisation).

 

« Il y a un grand potentiel pour la CSH (énergie solaire thermique à concentration) en Jordanie. Dans le seul secteur de l’alimentation, plus de 400 secteurs de l’industrie utilisent des températures supérieures à 100 ° C, et environ la moitié d’entre eux utilisent des températures supérieures à 150 ° C », explique l’Ing. Muhieddin Tawalbeh, directeur de la division Energy Efficiency & Solar Thermal (Efficacité énergétique et énergie solaire thermique) du National Energy Research Center (NERC – Centre national de recherches énergétiques), l’un des centres techniques de la Royal Scientific Society (Société scientifique royale) de Jordanie.

 

« En 2017, nous avons réalisé 12 audits énergétiques pour les industries alimentaires dans le cadre d’un projet financé par l’UE. Nous avons constaté que ces industries peuvent utiliser l’énergie solaire thermique pour obtenir la chaleur dans leurs procédés » a-t-il déclaré.

 

Le secteur chimique a également un fort besoin en énergie thermique et un potentiel énorme pour la CSH (énergie solaire thermique à concentration). « En général, les industries alimentaires et chimiques utilisent des températures au-dessus de 150 ºC », a déclaré Yacoub Marar, directeur du Renewable Energy Department (Département des énergies renouvelables) au Ministry of Energy and Mineral Resources (Ministère de L’Énergie et des Ressources minérales) de Jordanie.

 

Les secteurs les plus prometteurs pour la CSH (énergie solaire thermique à concentration) en Jordanie, en fonction de leur importance nationale, sont la transformation de la potasse, du phosphate et du brome, ainsi que la fabrication d’engrais selon le document du DLR du Centre allemand pour l’aéronautique et l’aérospatiale. Dans les petites industries, les fabricants de résines, de détergents ou de produits chlorés pourraient aussi tirer profit de l’utilisation de la CSH (énergie solaire thermique à concentration) dans leurs procédés industriels.

 

Au total, la consommation d’énergie des procédés industriels de chauffage nécessitant plus de 150ºC en Jordanie est estimée à 300 000 000 KWhth (environ 1 x 1012 Btu), a noté Tawalbeh.

 

Malgré le potentiel évident du chauffage par énergie solaire thermique en Jordanie, une seule entreprise a tiré parti de cette possibilité jusqu’à maintenant. En effet, le fabricant de produits pharmaceutiques RAM Pharma a installé un système de chauffage par énergie solaire thermique de 223 kW en 2015 pour fournir de la vapeur saturée pour le séchage, la stérilisation et la fermentation.

 

Développée par Industrial Solar en Allemagne, l’usine basée sur la technologie Fresnel fournit de la vapeur à 160 °C et réduit de 42% la consommation annuelle de gazole de l’usine, selon Mahmoud Al Najami, directeur général de RAM Pharma, cité dans la brochure Solar Heat for Industry (l’énergie solaire thermique  pour le chauffage dans l’industrie).

1. Le système de RAM Pharma à Amman, en Jordanie

 

L’absence de projets pilotes est l’un des principaux obstacles à l’adoption de la technologie CSH (concentration de l’énergie solaire thermique). « Nous manquons de projets de démonstration en Jordanie – nous en avons un seul et ce n’est pas concentré ; ils utilisent des tubes [collecteurs] sous vide pour le chauffage des procédés », a souligné M. Tawalbeh.

 

Le financement est un autre obstacle, car la plupart des entreprises en Jordanie ne sont pas en mesure de financer les systèmes CSH (énergie solaire thermique à concentration) à partir de leurs propres ressources financière. Ainsi, ils auraient besoin d’obtenir des prêts ou de demander des subventions, a noté Tawalbeh.

 

La centrale à vapeur pour les procédés RAM Pharma a, par exemple, été financée par l’agence de développement allemande GIZ, tandis que la surveillance de l’usine en 2016 et 2017 a été financé par le Ministère fédéral allemand de l’Économie et de l’Énergie (BMWi).

 

L’énergie solaire thermique à concentration est ainsi considérée comme aussi coûteuse que d’autres technologies. Shattel a souligné que le potentiel de la CSH (énergie solaire thermique à concentration) restera faible en Jordanie à moins que ses principales pièces ne soient fabriquées au niveau national en raison des problèmes de dédouanement et de l’importation d’équipements coûteux.

 

Un rapport sur le chauffage par énergie solaire thermique pour les procédés industriels, publié par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables en 2015, estime que le coût d’une parabole solaire est de l’ordre de 400-900 USD/kW, et d’un creux parabolique de 600-2000 USD/kW.

 

« Nous avons des méthodes de financement en Jordanie pour supporter des technologies d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, à travers des institutions telles que les banques Ahli Bank et Capital Bank. Cependant, ils ont surtout financé des systèmes photovoltaïques parce qu’ils leur sont mieux connus », a expliqué Tawalbeh.

 

« Nous avons besoin d’une plus grande sensibilisation à la technologie CSH (énergie solaire thermique à concentration), du renforcement des capacités, et d’un projet de démonstration pour diffuser l’information dont les industries ont besoin », a-t-il dit.

Retour au bulletin

 

SUBSCRIBE TO OUR CSH NEWSLETTER

Get monthly news about Concentrating Solar Heat (CSH)

Copyright © 2021 | Terms and Conditions