Subscribe to our mailing list

* indicates required
Mena Groups
FrançaisEnglish (Anglais)العربية (Arabe)
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE BULLETIN

Le Programme d’appui à l’Expertise et à l’Innovation
pour l’énergie solaire à concentration au Moyen-Orient
et en Afrique du Nord

Points culminants du webinaire « L’impact de l’offre de CSP de 9,45 centimes de dollars américains dans la région MENA »

 

 

Conférenciers : Jenny Chase (BNEF), Frank Wouters (EU GCC Clean Energy Technology Network), Paddy Padmanathan (ACWA Power), Stratos Tavoulareas (World Bank Group)

Modérateur : Belén Gallego (ATA Insights)

 

Le 20 juin 2017, des centaines de professionnels des énergies renouvelables du monde entier se sont réunis pour participer à la discussion de  quatre experts de premier plan sur l’impact de la récente offre de CSP 200 sur la région MENA. À 9,45 centimes de dollars américains par  kWh pour une centrale de CSP de 200 MW avec plus de 8 heures de stockage, la plus faible offre présentée à Dubaï ouvre la possibilité de reproduire des offres similaires de CSP dans la région MENA, permettant aux pays de la région d’exploiter le soleil pour produire de l’énergie propre et répartissable à un coût compétitif. De plus, plusieurs pays offrent une ressource solaire bien meilleure et, contrairement aux Émirats arabes unis, ces pays sont éligibles au financement concessionnel. Voici les points forts de ce débat.

 

Réduction des coûts considérable de l’énergie solaire concentrée

Les coûts de la CSP ont diminué, passant  de 26,9 centimes par kWh en 2007 à moins de 10 de centimes de dollars américains par kWh aujourd’hui. Paddy Padmanathan, directeur général d’ACWA Power, croit qu’ « c’est incroyable  que nous ayons réussi à réduire les coûts à ce point avec  seulement 5 GW de déploiements totaux de CSP ». Il attribue ces réductions de coûts à l’optimisation et aux améliorations technologiques, la concurrence créée par davantage  d’entreprises rejoignant la chaîne logistique et plus de déploiements, ce qui a donné plus de confiance aux entreprises constituant  la chaîne logistique de la CSP.

« C’est incroyable que nous ayons pu réduire les coûts à ce point avec seulement 5GW de déploiements totaux de CSP ».

Paddy Padmanathan, président et directeur général, ACWA Power

Un sondage a révélé qu’une pluralité de spectateurs (43%) pensaient qu’en 2022, les coûts de CSP dans la région se situeraient entre 8 et 10 centimes de dollars américains par kWh, suivis de 6 à 8 centimes de dollars américains par kWh (39%). Parmi les locuteurs, Wouters et Padmanathan étaient les plus optimistes, débattant  pour une fourchette de prix entre 6 et 8 centimes de dollars américains par kWh. Padmanathan a expliqué qu’il voit un cheminement clair pour  la CSP à 6 centimes de dollars américains par kWh car d’autres déploiements donneront aux entrepreneurs en EPC  plus de confiance, ce qui leur permettra de réduire les marges de risque de contingence. Il a également déclaré que le chemin menant à davantage de réductions constituera un marché plus important, qui favorisera une plus grande concurrence et plus d’innovation tandis que les acteurs du marché tenteront de se surpasser mutuellement

D’autre côté du spectre, Chase a soutenu que les prix resteraient supérieurs à 10 centimes de dollars américains par kWh, exprimant un scepticisme quant aux chances de construction de la pipeline de la CSP  face à la concurrence d’un  photovoltaïque moins cher et des batteries s’améliorant à grande vitesse.

Tavoulareas était optimiste mais tout de même  plus conservateur que Wouters et Padmanathan, expliquant que les prix se situeraient  dans une gamme plus large, entre 6 et 10 centimes de dollars américains par kWh, selon les conditions locales.

« La comparaison des coûts dans l’abstrait est futile »

Tavoulareas a souligné que les coûts sont spécifiques à chaque pays  pays et que la CSP doit être comparées aux options alternatives. « Dans certains marchés, la CSP avec stockage thermique pourraient être concurrentielle même à 10 centimes de dollars américains par kWh. Il faut noter que le coût de la production d’électricité au pétrole varie de 15 à 25 centimes de dollars américains par kWh, et il y a encore des nombreux pays qui brûlent du pétrole  pour produire de l’électricité ».

Les différences dans l’environnement local de crédit, la fiscalité, les profils de charges, les frais d’investisseuret les ressources solaires ont été citées comme certains facteurs qui contribuent aux différences de coût sur différents marchés.

 « Les différences dans l’environnement local de crédit, la fiscalité, les profils de charges, les frais d’investisseurs  et les ressources solaires ont été citées comme certains facteurs qui contribuent à différents coûts sur différents marchés »

Stratos Tavoulareas, Société financière internationale

En citant la Jordanie comme exemple d’un pays avec une radiation normale directe (DNI) beaucoup plus élevée que les Émirats arabes unis, Padmanathan a expliqué que le tarif serait 30% inférieur à celui de Dubaï, toutes choses  égales. Mais l’axiome «toutes choses égales» s’applique rarement au monde réel. En réalité, les conditions du marché local détermineront si les tarifs seront autant réduits« Mais en Jordanie, si vous pouviez livrer de l’électricité distribuable à 10 centimes de dollars américains par kWh, ils devraient le prendre avec les deux mains et courir. Parce que le coût moyen de la génération atteint la vingtaine », a déclaré Padmanathan. En Jordanie, l’huile de schiste domestique est estimée à 13,75 centimes de dollars américains par kWh. Il semble que la CSP soit maintenant capable de dépasser l’huile de schiste en Jordanie. En outre, le déploiement de la CSP au lieu de l’huile de schiste empêcherait des émissions de carbone significatives, car ce combustible fossile est l’un des principaux émetteurs de CO2 par unité d’électricité.

L’un des principaux avantages de la CSP est qu’elle  permet aux pays qui dépendent des combustibles fossiles importés de réduire leurs importations. La réduction des importations atténue l’exposition aux fluctuations des prix du marché, ce qui pourrait faire monter en flèche le prix des combustibles fossiles  et provoquer une baisse sur les réserves de devises étrangères des pays importateurs. Pour les pays qui produisent du pétrole et du gaz, la CSP leur permet de prolonger la durée de vie de leurs réserves et de les extraire pour des utilisations à plus haute valeur ajoutée que de les brûler pour produire de l’électricité.

« En Jordanie, si vous pouviez livrer de l’électricité distribuable à 10 centimes de dollars américains par kWh, ils devraient le prendre avec les deux mains et courir. Parce que le coût moyen de la génération atteint la vingtaine  »

Paddy Padmanathan, président et directeur général, ACWA Power

 

Opinions concurrentes du marché : PV avec des batteries vs. CSP avec stockage thermique

Jenny Chase (BNEF) n’a pas partagé les  perspectives optimistes pour la CSP avec stockage thermique, estimant au contraire que le photovoltaïque  et les batteries en lithium  seraient choisis par le marché comme des technologies gagnantes. « Vous pouvez maintenant obtenir des modules photovoltaïques, l’ensemble du système, pour moins d’ 1 dollar américain par Watt, ce qui est si bon marché  que vous pourriez l’installer presque partout. Le prix des  batteries au lithium-ion continuera de diminuer en raison d’une augmentation des  ventes de véhicules électriques (EV)Pour ces technologies, il s’agit de quand et pas de si. Malheureusement, il est important de savoir si les projets dans la pipeline de la CSP seront construits ».

Selon Chase, une installation photovoltaïque de 200 MW avec 1600 MWh de stockage de batterie atteindra 11,5 centimes par kWh en 2021, c’est à dire que le projet DEWA CSP 200 devrait être mis en place . réfuter, d’autres intervenants  ont soutenu que la CSP avec stockage est  déjà livrée à un prix inférieurx. « Le projet DEWA CSP 200 n’a pas encore été construit Le projet DEWA CSP 200 n’a pas encore été construit ou n’a pas encore obtenu d’appel d’offre, mais ces offres sont soumises à des pénalités rigoureuses en cas de non-exécution et nous devons vivre avec pendant 20 à 25 ans” « , a répondu Padmanathan. Cela signifie que le chiffre de 9,45 centimes de dollars américains par kWh pour l’installation de CSP de 200 MW avec plus de 8 heures de stockage thermique est un chiffre réaliste qui répond aux réalités commerciales.

 « L’énergie ne sera pas dominé par une seule technologie. Ce que vous verrez, ce sont les différentes technologies, y compris la CSP avec stockage thermique, jouant un rôle différent »

Stratos Tavoulareas, Société financière internationale

À la fin, « le secteur de l’énergie ne sera pas dominé par une seule technologie. Ce que vous verrez, ce sont les différentes technologies, y compris la CSP avec stockage thermique, jouant un rôle différent », a déclaré Tavoulareas.

 

Attribuer de la valeur à la distribution et l’avenir du système énergétique

Tous les intervenants ont convenu que la distribution est extrêmement importante. Comme la nécessité d’atteindre un système d’énergie à basse émission de carbone devient évidente, des énergies renouvelables plus variables sont installées. Cela exige que l’ensemble du système énergétique devienne plus flexible. Comme Tavoulareas l’a expliqué, un nuage sur une installation photovoltaïque entraînerait une baisse soudaine de la production qui doit être compensée par une production supplémentaire ailleurs dans le système. De même, un système d’énergie avec beaucoup de photovoltaïque verrait la production monter en flèche au milieu de la journée, dépassant parfois la demande.

Actuellement, l’opérateur n’a d’autre choix que de gaspiller le surplus d’énergie, une pratique connue sous le nom de réduction. Cela signifie que, à moins que le système ne soit suffisamment flexible pour tenir compte des pointes et des chutes de production, la valeur totale des énergies renouvelables variables n’est pas réalisée. Les CSP avec stockage thermique seraient une partie de la solution, tout comme le PV avec les batteries.

Ce qui ressort clairement de cette discussion, c’est que le système énergétique futur devra être renouvelable et réparti. Selon les mots de Paddy Padmanathan, « ce que nous verrons à l’avenir, c’est un mélange de CSP avec stockage thermique, batteries et électronique de puissance. C’est un avenir passionnant et je suis heureux d’en faire partie »

 

Le Groupe de la Banque mondiale réaffirme son engagement avec la CSP, surtout dans la région MENA

Le Groupe de la Banque mondiale envisage le potentiel de CSP dans la région MENA et continuera à soutenir la technologie dans les pays où elle ajouterait de la valeur. Le complexe solaire Noor Ouarzazate, au Maroc, ainsi que divers projets en Afrique du Sud ont été construits avec un financement concessionnel du Groupe de la Banque mondiale. « Nous aimerions que cette technologie soit lancée sur une base entièrement commerciale », a déclaré Tavoulareas, « mais nous comprenons que les nouvelles technologies doivent faire  face à de nombreuses barrières du marché, c’est pourquoi nous nous engageons à soutenir la CSP grâce à un financement concessionnel ».

« Nous aimerions que cette technologie soit lancée sur une base entièrement commerciale », a déclaré Tavoulareas, « mais nous comprenons que les nouvelles technologies doivent faire font face à de nombreuses barrières du marché, c’est pourquoi nous nous engageons à soutenir la CSP grâce à un financement concessionnel ».

Stratos Tavoulareas, Société financière internationale

En 2016, le Groupe de la Banque mondiale, avec le soutien des Climate Investment Funds (CIF), a lancé le Programme de connaissance et d’innovation de l’énergie solaire concentrée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA CSP KIP). Ce programme de trois ans est conçu principalement comme une ressource pour remédier aux lacunes en matière de connaissances et de sensibilisation, relier les projets aux sources de financement et aux conseils techniques et promouvoir l’innovation pour permettre aux investissements de CSP dans la région MENA d’avancer plus rapidement et dans plus de pays. Les connaissances générées dans la région MENA contribueront également à faciliter les investissements de CSP ailleurs dans le monde, créant ainsi un cercle vertueux d’investissement et de réduction des coûts grâce aux économies globales d’échelle et à l’apprentissage.

 

Afin de voir le webinaire complet, visitez ce lien : http://cmimarseille.org/menacspkip/recording-presentation-wb-webinar/

 

Retour au bulletin

Restez connectés au Programme de Connaissances et Innovation de CSP de MENA en vous inscrivant pour recevoir les annonces sur des futures webinaires et d’autres événements. Remplissez ce formulaire :


Copyright © 2019 | Terms and Conditions