Follow us on
Search
Or combine different search criteria.

Blog

Pourquoi la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord a-t-elle besoin d’un nouveau contrat social ?

Average: 5 (1 vote)
Nov 16, 2015 / 0 Comments
   

Le principe du “contrat social” remonte à la Grèce antique et fait référence à l’accord implicite entre les membres d’une société qui définit leurs relations réciproques et avec l’État. Ces relations permettent d’éclaircir le mystère du « Printemps arabe ».

 
Les soulèvements qui ont débuté en Tunisie avant de se propager à plusieurs pays du monde arabe en 2010 et 2011 en ont surpris plus d’un chez les économistes du développement, comme moi. La plupart des indicateurs de bien-être économique étaient solides et n’avaient cessé de progressé pendant les 10 années précédentes ; le PIB augmentait à un rythme soutenu, autour de 5 % par an ; la pauvreté extrême (vivre avec 1,25 dollar par jour) était limitée et en recul ; et les mesures conventionnelles des inégalités, à l’instar du coefficient de Gini, attestaient d’une situation plus favorable que dans les autres pays à revenu intermédiaire, avec même parfois une tendance à l’amélioration. En Égypte et en Tunisie, le revenu par habitant des 40 % les plus pauvres de la population augmentait plus rapidement que la moyenne. Enfin, sur le plan du développement humain, la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord détenait un record pour le recul des taux de mortalité infantile et la hausse des niveaux d’instruction.

 

Continuer à lire cet article sur le blog de la Banque mondiale ici.

Shanta Devarajan

Shanta Devarajan est économiste en chef pour la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord de la Banque mondiale. Depuis son arrivée à la Banque mondiale en 1991, il a exercé les fonctions d’économiste principal et directeur de la recherche en économie du secteur public au sein du Groupe de recherche sur le développement, et occupé le poste d’économiste en chef pour le Réseau du développement humain, la Région Asie du Sud et la Région Afrique. Il a par ailleurs dirigé l’édition 2004 du Rapport sur le développement dans le monde intitulée Des services pour les pauvres. Avant 1991, il était enseignant à la John F. Kennedy School of Government de l’Université Harvard. Les travaux de M. Devarajan, qui est l’auteur ou le coauteur de plus d’une centaine de publications, portent sur l'économie publique, la politique commerciale, les ressources naturelles et l’environnement, ainsi que sur les modèles d’équilibre général pour les pays en développement. Né au Sri Lanka, M. Devarajan est titulaire d’une licence en mathématiques de l’Université Princeton et d’un doctorat en économie de l’Université de Californie-Berkeley.

Comments

Leave Your Comment

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.