Follow us on
Search
Or combine different search criteria.

Blog

Les multiples tragédies des Syriennes déplacées et pourquoi le G20 doit y prêter attention

No votes yet
Nov 16, 2015 / 0 Comments
   

 

Sur les 60 millions de personnes déplacées dans le monde (19 millions de réfugiés et 41 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays), la moitié environ sont des femmes. Ce chiffre n’a pas de précédent historique et il est voué à croître. D’après António Guterres, haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, « nous assistons […] à un glissement non contrôlé vers un moment de notre histoire où l’ampleur des déplacements forcés dans le monde et des efforts nécessaires pour parer à ce phénomène est sans commune mesure avec ce que nous connaissions » (a).

 

Les femmes, déjà sujettes à de nombreuses inégalités, sont exposées à des risques considérablement plus importants en cas de déplacements de population : discriminations, harcèlement, et souvent violences sexuelles et sexistes. Les pays d’accueil et de transit doivent être avertis des dangers spécifiques qui menacent les femmes et tenter de fournir les services spécialisés nécessaires, notamment aux plus vulnérables : les mères non accompagnées et leurs enfants, les femmes chefs de famille, les femmes enceintes, handicapées ou âgées. Submergés par les arrivées massives de populations, de nombreux pays se retrouvent cependant désemparés, malgré les initiatives locales et internationales des agences humanitaires.

 

 

Continuer à lire cet article sur le blog de la Banque mondiale ici.

 

Omer Karasapan

Omer Karasapan est coordonnateur régional pour les connaissances et l’apprentissage au sein de la Région Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il a auparavant exercé ces mêmes fonctions au sein du Réseau pour la réduction de la pauvreté et la gestion économique (PREM) de la Banque mondiale, et a également travaillé pour le département Développement du secteur privé et la division Participation du secteur privé dans les infrastructures. Avant de rejoindre la Banque mondiale en 1989, M. Karasapan a été consultant pour Human Rights Watch et enseignant à l’université de New York.

Comments

Leave Your Comment

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.