Follow us on
Search
Or combine different search criteria.

Blog

Le tourisme et les bouleversements dans les pays de la rive sud de la Méditerranée

No votes yet
Nov 10, 2014 / 0 Comments
   

Par Agnes levallois*

 

La région euro-méditerranéenne a connu d’importants bouleversements ces dernières années : crise économique et financière au nord et mouvements de contestation au sud. Les sociétés méditerranéennes se sont remises en mouvement, elles veulent se faire entendre et elles demandent à prendre une part active dans la définition des politiques économiques et sociales afin d’accompagner les transitions politiques.

 

Cette prise de conscience révélée par les révolutions touche le secteur touristique. En effet, la baisse de l’activité en raison des incertitudes a inquiété en Tunisie, en Egypte et dans une moindre mesure au Maroc car elle est une part importante des revenus de ces pays.

 

Selon les données de l'OMT, au cours du premier semestre 2014, "le nombre d’arrivées de touristes internationaux dans le monde a progressé de 4,6%, soit autant que durant toute l’année 2013". Les destinations à travers le monde ont accueilli quelque 517 millions de touristes internationaux entre janvier et juin 2014. La Méditerranée, en dépit des soubresauts qu’elle a connus, est concernée par ces bons chiffres et l’Europe méridionale méditerranéenne plus que d’autres régions avec une progression de 7% et l'Afrique du Nord de 4%. Ce secteur se développe donc de façon significative.

 

En revanche, en raison de l’instabilité au Moyen-Orient, l’OMT note une diminution de 4% du tourisme pendant cette période. Mais l'organisation internationale rappelle qu'il "convient toutefois de considérer avec prudence ce chiffre, car les données disponibles pour la région sont limitées".

 

La bonne santé du tourisme en Afrique du Nord peut surprendre en raison des images souvent relayées dans les médias d’une zone où l’instabilité et la violence règnent. S’il y a eu une baisse de l’activité en 2011, 2012 au lendemain des mouvements de contestation, une reprise a été observée dès que la situation s’est stabilisée. Selon les chiffres de l’OMT, l’Afrique du Nord a connu une croissance de +6% en 2013 et le Maroc est devenu la 1ère destination africaine en dépassant le cap des 10 millions d’arrivées internationales. Il est vrai que les politiques vigoureuses de relance de promotion menées par les gouvernements tunisien, marocain ou égyptien ont joué un rôle incontestable.

 

Mais le plus important est la prise de conscience que le modèle qui avait cours jusque-là est révolu et que la demande de « sens » des touristes est un élément à prendre en compte. Cette évolution de l’offre passe par une vision à moyen et long terme et par des plans de développement élaborés par les nouveaux acteurs et acceptés par les populations afin qu’elles en recueillent les bénéfices.

 

Le temps où les grands hôtels accaparaient toutes les ressources en eau, par exemple, au détriment de l’approvisionnement des villes et villages alentours n’est plus acceptable par les populations. Les questions de répartition des richesses naturelles et environnementales se trouvent dès lors au centre de la réflexion menée dans ce secteur.

 

Autre point, avant les révolutions, les acteurs du secteur touristique bénéficiaient d’avantages en rapport avec la relation qu’ils entretenaient avec les élites en place. Or, les nouveaux pouvoirs issus d’élections plus ouvertes qu’auparavant se retrouvent, de fait, redevables de leurs actions vis-à-vis des populations plus exigeantes en termes de gouvernance. On peut dès lors imaginer des procédures plus transparentes, un accès au foncier répondant à des règles rigoureuses et non plus soumises au seul bon vouloir des élites. Quant aux relations sociales elles vont probablement évoluer avec des exigences à prendre en considération.

 

Tous ces éléments contribuent à une volonté et une nécessité d’un nouveau modèle touristique tel que prôné par des associations actives dans la région méditerranéenne qui mettent la valorisation du patrimoine, l’économie sociale et solidaire au cœur de leurs projets afin que cette activité devienne l’affaire de tous.

 

* Agnès Levallois, consultante, spécialiste du monde arabe et des questions méditerranéennes

Comments

Leave Your Comment

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.