Follow us on
Search
Or combine different search criteria.

Blog

Comment parviendra-t-on à améliorer la compétitivité et l’employabilité dans la région MENA ?

Average: 4 (1 vote)
May 08, 2016 / 0 Comments
   

On assiste depuis une vingtaine d’années à une forte mobilisation en faveur de l’autonomie des universités, qui s’accompagne d’une autre revendication sur la responsabilisation des établissements d’enseignement supérieur, à qui l’on demande d’être comptables de leurs performances non plus seulement vis-à-vis de ceux qui sont directement concernés (le corps académique, les élèves et leurs familles) mais plus généralement envers l’ensemble de la population. La question de l’assurance qualité occupe à ce titre une place de premier plan. En Europe, tout particulièrement, elle s’est notamment posée dans le cadre du processus de Bologne, mais la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) n’a pas été en reste, puisque ce thème a fait l’objet d’une certaine effervescence dans différents pays, avec l’organisation de nombreuses manifestations sur le sujet et la mise en place de projets visant à soutenir le développement de services et d’approches dédiés à l’assurance qualité au sein des universités. En revanche, la région offre un tableau extrêmement hétérogène en ce qui concerne les processus d’assurance qualité externes, c’est-à-dire ceux qui s’exercent en dehors des universités et qui peuvent être du ressort des ministères, de prestataires indépendants ou semi-indépendants, d’organes d’accréditation nationaux, etc.

 

Dès lors, les questions qui se posent sont les suivantes : comment les systèmes d’enseignement supérieur de la région MENA peuvent-ils mettre en place des organes et mécanismes externes qui contribuent à améliorer leur qualité au niveau national tout en tenant compte des spécificités des établissements ? Dans quelle mesure ces processus d’assurance qualité peuvent-ils faire avancer et appuyer les réformes de la gouvernance, et vice versa ? Et comment les établissements peuvent-ils s’inspirer les uns des autres et mettre en commun leur expérience sur ce qui marche ou pas ?

 

Pour répondre à ces questions le programme pour l’enseignement supérieur dans la région MENA conduit par la Banque mondiale et le Centre pour l’intégration en Méditerranée (CMI) a organisé sa cinquième conférence internationale du 30 mai au 1er juin 2016, à Alger (Algérie). Le thème de cette édition est: Les changements de paradigme dans l’enseignement supérieur: l’amélioration de la gouvernance et de la qualité au service de la compétitivité et de l’employabilité.

 

L’objectif de la conférence est de permettre aux universités et autres établissements d’enseignement supérieur de la région MENA, et d’ailleurs, d’échanger sur leurs expériences mutuelles et d’aborder avec les autres participants — responsables gouvernementaux, organismes d’assurance qualité, organisations locales, régionales et internationales — un large éventail de sujets ayant trait à l’amélioration de la gouvernance universitaire et aux solutions susceptibles de remédier aux problèmes d’assurance qualité et d’employabilité des diplômés. 

 

L’édition de cette année est consacrée au lien entre assurance qualité et gouvernance, avec l’objectif d’amener les universités et plus généralement les systèmes d’enseignement supérieur à passer « de la vision à l’action » et de faire avancer le processus de réforme. La conférence et les ateliers qui l’accompagnent ont pour objet d’offrir un espace de discussion aux universités, aux organismes d’assurance qualité et aux décideurs. Cet espace a permis aux participants de dialoguer entre eux mais aussi avec des experts régionaux, européens et internationaux ainsi qu’avec la Banque mondiale, et d’aborder les problématiques auxquelles ils sont confrontés en matière de gouvernance et d’assurance qualité interne et externe.

 

Lors de la journée d’ouverture, des professionnels de l’enseignement supérieur de la région MENA et d’ailleurs ont exposé leur point de vue « international » sur les questions de gouvernance et d’assurance qualité et en ont tiré des enseignements pour la réforme de l’enseignement supérieur dans les pays MENA et au niveau des établissements. La seconde journée s’est penchée sur des thèmes plus précis, avec une série d’ateliers parallèles destinés au réseau des 113 universités qui sont actuellement engagées dans l’élaboration de plans d’action et de mise en place d’organismes d’assurance qualité ; les universités furent invitées à présenter leurs plans d’action à cette occasion.

 

Flashback des conférences passées
 

Cette conférence est la cinquième du genre.

 

En 2011, une conférence a été organisée au Caire ayant permis de présenter la carte de positionnement de la gouvernance des universités (UGSC) et d’identifier les bases de l’application de cet outil dans quatre pays pilotes de la région MENA.

 

L’année suivante (2012), la conférence s’est tenue à Rabat et elle était organisée en collaboration avec l’Organisation islamique internationale pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) et le British Council ; elle a permis de tirer les enseignements de l’utilisation de la matrice et de mettre en avant des études de cas relatives aux réformes institutionnelles, mais a été aussi l’occasion de lancer le réseau régional pour l’enseignement supérieur, qui couvre 113 universités de sept pays de la région MENA (Algérie, Égypte, Iraq, Liban, Maroc, Territoires Palestiniens, Tunisie).

 

L’édition de 2014, qui s’est déroulée à Tunis, était consacrée au lien entre assurance qualité et gouvernance, avec l’objectif d’amener les universités et plus généralement les systèmes d’enseignement supérieur à passer « de la vision à l’action ». Elle a également permis aux différents membres du réseau régional d’universités de discuter des plans d’action qu’ils ont mis au point sur la base des résultats de la matrice de positionnement de la gouvernance universitaire.

Et en 2015, la 4ème conférence a eu lieu à Beyrouth ayant pour titre "Le renforcement des établissements d'enseignement supérieur en région de Moyen Orient et de l’Afrique du Nord par le partage de l'information et l’amélioration de la gouvernance». Plus de 150 participants se sont réunis, y compris les présidents d'université, les organismes d'assurance qualité, les ministres de l'enseignement supérieur et régional et les experts internationaux. Plusieurs questions liées à l'amélioration de la gouvernance dans l'enseignement supérieur à travers le partage de l'information et d’autres se rapportant à l’assurance de la qualité et de l'employabilité des diplômés ont été discutées. La 2ème version de la carte de positionnement de la gouvernance des universités (UGSC) a été annoncée.

 

Succès du programme pour l’enseignement supérieur dans la région MENA

 

Mettre au point des approches innovantes : Grâce à l’élaboration et à l’application de la carte de positionnement de la gouvernance des universités dans le cadre d’un réseau de 113 universités dans sept pays, les établissements d’enseignement supérieur de la région MENA sont en mesure de comparer leurs pratiques aux normes internationales et de définir leur propre ensemble d’objectifs, ainsi que des indicateurs pour évaluer leurs progrès dans la réalisation de ces objectifs.

 

Développer les capacités : Entre janvier et mai 2014, en étroite collaboration avec l’équipe de la Banque mondiale, 55 universités ont élaboré des plans d’action pour améliorer la gouvernance universitaire.

 

Approfondir les connaissances : la conférence régionale organisée à Tunis en juin 2014 a rassemblé 170 participants originaires de neuf pays de la région MENA et d’Afrique subsaharienne, ainsi que des experts internationaux et européens. Elle a donné lieu à 33 couvertures dans la presse de cinq pays (Égypte, Liban, Libye, Maroc et Tunisie) et dans trois langues (15 arabophones, 13 francophones et cinq anglophones), et a été relayée par trois stations de radio et une télévision nationale.

 

Informer l’élaboration des politiques : Les ministères, les organismes d’assurance qualité et les établissements sont convenus d’œuvrer de concert afin de récompenser les meilleures pratiques dans la région.

 

Cet article fait partie d'une série de blogs mettant en vedette les opinions des experts de l'enseignement tertiaire du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) en ce qui concerne l'enseignement tertiaire dans leurs pays respectifs, ainsi que l'utilisation de la carte de positionnement de la gouvernance Universitaire (UGSC), un outil innovant qui permet aux universités de la région MENA de se comparer aux standards internationaux, de définir leur propre série d’objectifs et d’établir des références pour évaluer les progrès pour les atteindre. La carte de positionnement de la gouvernance Universitaire (UGSC) a été développée par le programme d’enseignement tertiaire de la Banque Mondial/CMI et est appliquée par 100 universités dans la région MENA. 

 

Fernando Fernández-Monge

Fernando Fernández-Monge est un spécialiste de la gouvernance à la Banque mondiale, où il se concentre sur les réformes juridiques et du secteur public, dans les pays en développement. Il a été impliqué dans les réformes à travers les organismes et unités gouvernementaux de plusieurs pays (par exemple, le renforcement du cadre de gestion des biens publics en Colombie, la diminution de l'écart de prestation de services aux communautés marginalisées en Jordanie ou la reconstruction du système judiciaire dans le cadre des efforts de reconstruction de l'Etat en Afghanistan). Son expérience professionnelle antérieure a été développée en Espagne, aux États-Unis et en Asie travaillant avec plusieurs institutions publiques et privées (Uria Menendez, l'Organisation des États américains, la Chambre de commerce des États-Unis et le consulat espagnol à Shanghai). Il détient une maîtrise en politique publique de l'Institut des études fiscales, et un JD et un baccalauréat en sciences politiques de l'Université Autonoma de Madrid.

Comments

Leave Your Comment

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.